Actualité social-rh

Vous êtes 22% de responsables de PME à exprimer des besoins en recrutement à 6 mois : score intéressant mais contrasté

Publié le 28/11/2013 - Modifié le 15/10/2013

Vous êtes 22% de responsables de PME à exprimer des besoins en recrutement à 6 mois : score intéressant mais contrasté

C'est ce que révèle une enquête menée par l'AGEFOS PME, organisme gestionnaire de la formation professionnelle majoritairement représenté auprès des TPE qui constituent 89% des entreprises clientes.

Une étude menée de juillet 2012 à juin 2013, par un questionnaire (en face-à-face pour 64% et au téléphone pour 36%) nommé Repérage Flash Emploi. Dans la période d'enquête, vous êtes près de 15 000 à avoir répondu, dont 6 entreprises sur 10 à avoir moins de 10 salariés.

Résultats bruts satisfaisants
22% des répondants, soit 3 305 entreprises, estiment avoir besoin de recruter dans les 6 mois. Un taux qui va croissant avec la taille de l'entreprise. Il est aussi le reflet d'un regain de confiance exprimé à travers les réponses sur la situation économique : seulement 17% des entreprises déclarent avoir des difficultés et pour beaucoup l'activité est avant tout stable, autant sur le plan du CA que du résultat.

Par ailleurs, les besoins de recrutement s'expriment sur le court terme : 4 247 postes seraient à créer dans les 3 mois et 3 583 postes dans les 3 à 6 mois.

Une embellie à moduler
En analysant plus dans le détail les résultats, il faut noter la sur-représentation de certains secteurs parmi les répondants : l'immobilier 7%, les experts comptables 7%, la coiffure 7%. Ce qui peut signifier une relative distorsion des résultats. D'autre part, les secteurs prêts à recruter sont aussi trustés par quelques activités-phares : le commerce à 28%, l'hôtellerie-restauration à 16% et les services à la personne et à la collectivité à 16%.

D'où la nécessité de nuancer ces résultats qui ne sont pas forcément représentatifs de l'ensemble des TPE-PME.  

Evidemment, le fait est récurrent, ces intentions s'accompagnent de difficultés prévisibles de recrutement, notamment pour les TPE. Là aussi, certains métiers trouvent plus difficilement preneur. Sans surprise, il s'agit de téléconseil/télévente ou encore assistance auprès des enfants.

Cette étude n'a de sens que si l'observation s'accompagne de réponses et mesures nouvelles de facilitation. L'AGEFOS PME évoque des pistes comme le « Contrat de professionnalisation » ou la « Préparation opérationnelle à l'emploi ». Simples palliatifs ou début de solution ? Vous en jugerez.

Pour rappel : Pourquoi est-ce devenu si compliqué de trouver un apprenti ?