Actualité rentabilite-gestion

Quand les PME notent les grands comptes

Publié le 12/02/2017 - Modifié le 31/01/2017

Quand les PME notent les grands comptes

Pour la cinquième année, l’association Pacte PME a rendu son bulletin de notation des grands donneurs d’ordre : mention « en progrès » pour 2016.
 

A propos du baromètre Pacte PME

Depuis 2012, la part des achats dévolue aux PME par les grands groupes a augmenté constamment, pour atteindre la proportion de 24% en 2016, ce qui représente tout de même un total de 22 Milliards d’euros.  

Pour donner à cette cotraitance une lecture qualitative, l'association Pacte PME, qui regroupe 53 grands donneurs d'ordres privés et publics, 21 organisations professionnelles et 20 pôles de compétitivité, a réalisé en 2016 la cinquième édition d’une large enquête de satisfaction auprès de milliers d'entreprises. 
Au total, 35 grands groupes ont communiqué le contact de 38 000 PME, lesquelles ont été interviewées de façon anonyme sur la qualité de leurs relations commerciales et professionnelles. 
L’analyse des résultats, menée par un comité de suivi indépendant afin de garantir son impartialité, a porté sur 
6 250 réponses.
 

Quelles sont les principales tendances ?

Premier indicateur en progrès, et non des moindres, le délai des paiements est passé de 69% de satisfaction de la part des PME en 2012 à 81% en 2016.

Globalement le délai moyen de paiement a été de 46 jours en 2016 (tout près des 45 jours voulus par la Loi Macron pour les entreprises publiques).
Les efforts des grands comptes dans la clarté et la simplicité du référencement ont également recueilli un satisfecit de la part des PME : 76% s’en déclarent satisfaites. Ces améliorations sont notamment portées par l’indentification d’interlocuteurs référents uniques, dénotant un effort organisationnel dans les grands groupes et, sans doute, une montée en puissance de la fonction « achats ».
 

Quelles pistes d’amélioration pour l’avenir ?

Le Président de Pacte PME, lui-même dirigeant d’un grand compte, souligne à juste titre : « Il ne faudrait pas réduire la relation entre un donneur d'ordres et un cotraitant aux seuls achats et délais de paiement. Elle possède aussi une dimension de coopération ».

Sur ce point de coopération, les PME restent mitigées : seulement 51% se disent satisfaites sur l’aide au développement que leurs apportent leurs clients grands groupes. 
Les PME attendent davantage sur les compétences, le financement et le développement, y compris à l’international.
Pacte PME tente cependant d’apporter sa contribution. En ce qui concerne la compétence, l’association vient par exemple de développer une plate-forme pour permettre le prêt de salariés à l’initiative des grands groupes.
Pour le soutien au financement, seulement 32% des PME estime que le client grand groupe leur a proposé une aide financière (à la signature du premier contrat ou par le « factoring inversé »*).
Sur le plan commercial, seulement 27% des PME ont fait état de la satisfaction d’avoir été mises en relation avec d’autres clients via leur donneur d’ordre.
 
Malgré le progrès sur l’essentiel, ces pistes d’améliorations donnent du grain à moudre à Pacte PME qui s’est promis de favoriser le partage des bonnes pratiques pour des relations de cotraitance plus « collaboratives ».
 
*NDLR : le factoring inversé (ou collaboratif) consiste pour le grand groupe à signer une convention de garantie avec un établissement financier qui centralise les factures. Les entreprises fournisseurs sont ensuite réglées par ce factor.
 
Accéder aux résultats complets du Baromètre Pacte PME 2016 www.pactepme.org