Actualité rentabilite-gestion

Big data et données utiles, …

Publié le 13/11/2015 - Modifié le 13/11/2015

Big data et données utiles, …

Le big data, ce volume de données que les entreprises génèrent, reçoivent et émettent, est désormais un phénomène identifié. Comment structurer ces données ?

Les dernières tendances

En matière de données, les nouvelles technologies ont généré de nouvelles sources de données non structurées a priori : pages de réseaux sociaux, blogs d'actualités, données de capteurs numériques, échanges de SMS, … Une nouvelle manne pour les fournisseurs de solutions d'information qui commercialisent dorénavant des technologies pour capturer ces données, les stocker et les analyser.
Reste toujours la question principale : « pour quoi faire ? ». La question de l'utilité.

Quid alors des données organisées classiques ?

N'en déplaise au tapage médiatique fait autour des nouvelles données, la base classique, le Data center qui recense les données clients et marché, le CRM (la base de relation client) et autres données d'observation de la concurrence, demeurent la base des données structurées pour toute entreprise.
Une enquête auprès de gestionnaires de bases de données en entreprise a largement confirmé cette tendance, révélant que les bases Oracle ou Microsoft SQL serveur, en tant qu'outils « traditionnels », demeurent largement les plus utilisés.
A contrario, les nouvelles sources de données, ne semblent pas encore s'inscrire dans la stratégie « big data » des entreprises.

A propos de l'utilité des données

Une comparaison à l'échelle européenne a classifié les données structurées des entreprises en 3 catégories : données utiles (clean data), données obsolètes ou redondantes (R.O.T. data) et données inexploitables et/ou inexploitées (dark data).
Il s'avère que si les entreprises françaises, avec 57% de données inexploitables sont au-dessus de la moyenne européenne (à 54%), elles sont par contre parmi les champions de la donnée utile avec 22%, contre 14% pour la moyenne européenne. (Etude faite par Veritas).

Quelles sont les perspectives ?

Dans les années qui viennent, la structure des données va nécessairement gagner en sophistication et il sera crucial de valoriser les données pour les intégrer à tous types de prise de décision (opérationnelle, marketing, stratégique).
Une stratégie globale intégrant autant les données structurées, relationnelles (CRM), transactionnelles et interactives (Réseaux sociaux) aura toutes les chances de générer un maximum de données utiles et d'éviter au maximum « l'effet de silo » générateur de redondance et de données inexploitées.
La technologie du « big data » suivra cette tendance, il incombe aux entreprises de préparer leurs administrateurs de base de données à cette évolution qui risque de changer leur métier de manière conséquente.

La révolution sera donc moins technologique qu'analytique car la priorité de tout analyste de données est et restera de réussir à transformer toutes les données disponibles en information décisionnelle exploitable.