Actualité rentabilite-gestion

A propos de la valorisation comparative des entreprises

Publié le 09/03/2015 - Modifié le 09/03/2015

A propos de la valorisation comparative des entreprises

La méthode de valorisation comparative, dite « méthode des barèmes », consiste à réaliser des comparaisons entre entreprises au profil proche à partir de transactions.

Principe de la valorisation comparative des entreprises

Le principe de base de la méthode comparative est de comparer une entreprise à d'autres en présentant un profil le plus proche possible et ayant fait l'objet de transactions (si possible récentes), puis d'utiliser la valeur de ces transactions pour déterminer la valeur de marché de l'entreprise.
Dans la pratique, il s'agit de calculer la valeur théorique d'une entreprise d'après un barème ou un coefficient couramment pratiqué dans le même secteur d'activité et dans la même zone géographique.

Pour les entreprises de type TPE et PME, ces barèmes sont notamment appliqués au chiffre d'affaires TTC annuel, ou quelquefois à la recette journalière moyenne.

 

Méthode de détermination

Il faut utiliser les bilans des 3 derniers exercices, en prenant en compte la valeur TTC des 3 chiffres d'affaires annuels.

L'exercice consiste ensuite à calculer la moyenne de ces 3 chiffres d'affaires.
C'est le cas de figure le plus simple.

Mais dans beaucoup de cas, l'activité n'est pas stable dans le temps. Il faut donc pondérer l'importance des années qui représentent le plus l'activité « de croisière ».
Si l'entreprise a plusieurs activités qui ne fonctionnent pas dans les mêmes conditions, il faut établir une ventilation et faire la moyenne pondérée des chiffres d'affaires TTC des 3 derniers exercices pour chaque activité.

C'est ensuite sur cette ou ces moyennes pondérées qu'il convient d'appliquer les barèmes.
Les chambres consulaires sont souvent des sources d'information sur ces barèmes, au même titre que les fédérations et syndicats professionnels.

 

Eléments d'ajustement

Pour approcher au plus près la valeur de l'entreprise, il est recommandé de moduler les résultats obtenus en considérant les éléments liés à la valeur vénale du fonds (matériel, marque, stocks, etc.), sans oublier les points forts/points faibles de l'entreprise (emplacement, réputation et qualité des produits, compétences spécifiques, etc.).

Ensuite il est utile de confronter les résultats de la valorisation en recoupant plusieurs sources d'informations (indicateurs des chambres consulaires et syndicats professionnels, sources privées type Argus) et demandant avis et soutien à l'expert-comptable.

 

Avantages et limites de la valorisation comparative

C'est une approche rapide et pratique, qui permet de s'appuyer sur des références existantes mais qui n'est pas forcément applicable dans tous les domaines d'activité.
La seule considération du chiffre d'affaires est également un peu réductrice et ne préjuge pas toujours des potentiels de l'entreprise.

Des indications souvent importantes comme le bail commercial sont, par exemple, occultées.