Actualité innovation

La formation est-elle un investissement d’avenir ?

Publié le 27/05/2016 - Modifié le 27/05/2016

La formation est-elle un investissement d’avenir ?

C’est la question posée par des spécialistes estimant que la formation professionnelle est le parent pauvre du Programme d’investissements d’avenir (PIA).

Le PIA : de quoi s’agit-il ?

Doté de près de 47 milliards d'euros, le Programme d'Investissements d'Avenir (PIA) est un dispositif national qui a été mis en place par l'Etat en 2010 pour financer des investissements innovants et prometteurs sur le territoire, avec un principe de co-financement pour chaque projet.

Les 47 Md€ consacrés par l'Etat aux Investissements d'Avenir ont été mobilisés en deux temps :

  • en 2010, 35 Md€ ont été dédiés à la première vague (PIA1),
  • en 2014, le PIA a été renforcé et s'est vu allouer une enveloppe complémentaire de 12 Md€ (PIA2).

L'objectif du PIA est de moderniser et de renforcer la compétitivité du pays, en favorisant l'investissement et l'innovation dans 5 secteurs prioritaires, considérés comme générateurs de croissance et d'emplois : 

Enseignement supérieur et formation – Recherche - Filières industrielles et PME - Développement durable – Numérique.

La gestion des axes du PIA a été confiée à différents opérateurs publics dont notamment la Caisse des Dépôts et BpiFrance.

 

Partenariats pour la formation professionnelle et l’emploi (PFPE)

Ce volet du PIA a été confié à la Caisse des dépôts en 2014, avec une dotation de 126 Millions d’euros. L’objectif est de « favoriser la création de synergies entre actions pédagogiques et gestion des ressources humaines par le biais de partenariats durables entre entreprises (grandes, moyennes et petites) et organismes de formation (universités, écoles, lycées, CFA ou organismes privés) auxquels peuvent s’associer les organisations professionnelles et les collectivités territoriales » peut-on lire sur la présentation officielle sur le site de la Caisse des dépôts.

Les projets entrant dans ce cadre doivent se positionner en réponse à un appel à projets permanent qui sera clôturé le 28 février 2017.

« Les projets candidats devront notamment contribuer à décloisonner l'action des employeurs et des organismes de formation » afin de « mieux adapter les offres de formation aux objectifs et temporalités des entreprises et à ouvrir des possibilités de promotion pour leurs salariés » est-il précisé en amont du cahier des charges.

Pour consulter l’appel à projets permanent : http://www.caissedesdepots.fr/sites/default/files/medias/pia/141103_aap-partenariats-formation-emploi-lancv2.pdf

 

L’analyse des spécialistes

L’initiative « Réussir la formation par l’alternance et la formation professionnelle » est le plus petit chapitre du Plan, doté au total de 576 millions d’euros, avec pour pièce maîtresse la « formation professionnelle en alternance ».

A l’intérieur de ce grand chapitre, les « Partenariats pour la formation professionnelle et l’emploi », dotés de seulement 126 millions d’euros, apparaissent comme les parents pauvres du plan.

Ils connaissent, fort heureusement, une véritable montée en puissance depuis 2015.

Sur 80 projets candidats dans le cadre de l’appel à projets permanent, neuf lauréats ont été sélectionnés pour un montant de 30 millions d’euros.

Le PIA a ainsi permis de soutenir, parmi d’autres, les projets suivants : la plateforme numérique Laval Virtual University (à hauteur de 1,7 million d’euros) pour former des formateurs et des maîtres d’ouvrage à la réalité virtuelle au sein des entreprises et des collectivités ; le projet Innovance (9 millions d’euros) qui vise à assurer le déploiement du très haut débit pour développer l’emploi ; le projet Tech Indus (2,6 millions d’euros), qui a pour but d’accompagner le développement d’un campus dédié aux métiers de l’industrie dans le Grand ouest.

 

L’optimisme est de rigueur

Deux éléments majeurs doivent inciter à l’optimisme pour les professionnels de la formation continue :

  • le raccourcissement des délais de sélection : de plus de 6 mois, le délai moyen entre le dépôt d’un projet et la décision d’engagement est tombé à trois mois au dernier trimestre 2015 ; il reste donc du temps utile avant le 28 février 2017 ;
  • le lancement annoncé d’un 3ème PIA, doté de 10 Milliards d’euros, qui doit prendre le relai en 2017, prévoit a priori « une part essentielle » consacrée à l’enseignement supérieur et la valorisation de la recherche.