Actualité innovation

L'Open Innovation, une volonté de partage qui rencontre encore des freins notamment au niveau des PME

Publié le 09/12/2013 - Modifié le 09/12/2013

L'Open Innovation, une volonté de partage qui rencontre encore des freins notamment au niveau des PME

L' « innovation ouverte » ou « innovation distribuée » est basée sur le partage, la coopération entre entreprises. Ce partage peut se faire sur l'intelligence économique (brevets, licences) mais aussi sur des savoir-faire et des domaines de R&D.

Déjà très pratiquée par les grands Groupes, l'Open innovation peine à intégrer le milieu des PME.
Des spécialistes du sujet ont tenté de trouver des clés d'entrée.
 

Plus concrètement

« La pratique de l'Open innovation implique une volonté de partager du capital intellectuel et industriel, et de le porter jusqu'au marché » a indiqué un des spécialistes.

Concrètement, il s'agit de dépasser le simple stade de la recherche partenariale pour travailler ensemble en systèmes ouverts  et en partage de données (Open source, Open data).

L'écosystème des smartphones est évidemment cité en exemple. Les acteurs de ce marché ont compris qu'ils pouvaient créer des dynamiques marketing en s'appuyant sur leurs différences, tout en partageant en amont.

Partager pour aller plus vite

L'Open innovation permet d'avancer à plusieurs pour aller plus vite. Et comme la notion de temps est directement liée au marché et à l'environnement concurrentiel, cela peut s'avérer prépondérant.
Pour trouver des partenaires il existe aujourd'hui des outils pour détecter les compétences de façon beaucoup plus efficace. Il s'agit de se mettre en relation avec ceux qui détiennent des savoir ou savoir faire qui libèrent l'entreprise par rapport à un process ou une idée sur laquelle butent les équipes en place.

Une plate forme informatique appelée « ideXlab » a répertorié par moins de 5 millions d'experts à travers le monde dans des domaines très variés : sciences physiques, sciences humaines et sociales,…

Toutefois quelques exemples montrent que les PME ne sont pas en reste : dans telle région de l'Ouest, des étudiants en réalité virtuelle ont proposé des maquettes dont l'une a pu être mise en œuvre par une PME pour expliquer son métier sur les salons internationaux. Dans le Sud-Est une start up a pu développer des modules pour suivre les consommations électriques dans les écoles, en travaillant en Open innovation avec EDF.
Les exemples commencent à se multiplier aux 4 coins de France.

Des freins culturels avant tout

Ce qui ferait hésiter un certain nombre d'entreprises, ce n'est pas tant la crainte d'une désillusion que la préparation des esprits. La crainte existe aussi d'un engrenage vers plus de propriété intellectuelle qui ferait grimper les coûts.

« Il y a culturellement encore beaucoup de freins dans les pratiques et également beaucoup de méconnaissance, une mauvaise appréhension de ce qui se passe en ce moment », regrette au final un des spécialistes.

En savoir +