Actualité commerce-marketing

Les e-commerçants français affichent leur confiance

Publié le 26/05/2016 - Modifié le 26/05/2016

Les e-commerçants français affichent leur confiance

Selon le 5ème baromètre sur le moral des e-commerçants, 85% des professionnels du secteur sont confiants pour les mois à venir. Les raisons de cet optimisme.

Méthodologie de l’enquête

 
La Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad) a publié récemment les enseignements de la 5ème étude sur le moral des e-commerçants français. 
L’enquête a été réalisée du 23 février au 16 mars, auprès d’une centaine de dirigeants de sites de vente en ligne.
Comme les précédentes édition, ce baromètre a fait ressortir des tendances encourageantes et montre en tout cas que les entrepreneurs de ce secteur ont un grand capital confiance.
 

Les grandes tendances

 
57 % des dirigeants affirment avoir recruté en 2015. L’étude nous apprend également que les recrutements ont été plus marqués chez les spécialistes de l’e-commerce (69 %) que chez les commerçants « traditionnels », c’est-à-dire disposant de boutiques mais ayant développé une activité de vente en ligne (39 %). Pour 2016, les intentions de recrutement demeurent globalement élevées (52 %). Par contre, 21 % des grands cybercommerçants (pesant entre 100 et 500 M€ de CA/an) n’excluent pas une baisse de leurs effectifs. 
Côté chiffre d’affaires, 2016 est projeté en croissance ou en forte croissance, par 77 % des dirigeants. 
62 % envisagent également qu’en 2016, leur marge nette augmente.
 

Les priorités d’investissement

 
A cette question, les dirigeants répondent en majorité vouloir investir dans la publicité et le marketing (66%). Viennent ensuite la relation client (60%), l’informatique (60%), et l’innovation (47%).
Ces investissements seront, dans l’ordre décroissant, affectés aux sites web (80%), aux applications et sites profilés pour smartphones et tablettes (59%), et aux réseaux sociaux (41%).
A noter : 91% des e-commerçants tablent sur une augmentation de leur chiffre d’affaires à l’export dans les 2 prochaines années.
 
Pour en savoir plus : cliquez ici