Actualité commerce-marketing

En 2016 le e-commerce continuera sa croissance

Publié le 09/02/2016 - Modifié le 09/02/2016

Le e-commerce ne cesse de renforcer son poids dans la vie économique. Une croissance qui va se poursuivre selon tous les observateurs. Zoom prospectif.

Quelques chiffres éloquents

 
Selon une étude réalisée par la FEVAD (fédération du e-commerce et de la vente à distance), ce sont 25 millions de consommateurs en France qui sont prêts à faire leurs soldes sur des sites de commerce en ligne. 
En France en 2015, le e-commerce représentait 9% du commerce de détail non alimentaire, soit un global de 700 millions d’euros de transactions pour 160 000 sites marchands observés. Des chiffres qui en disent long sur le poids du commerce en ligne dans la consommation de masse en France.
Pour accéder à tous les chiffres-clés, consultez le site fevad.com.
 

Le point de vue des prévisionnistes

 
Comme souvent dans le domaine du web, ce sont les indicateurs du marché américain qui servent de révélateur pour les futures tendances en France.
Sans être scientifique, cette observation permet d’imaginer vers quoi tendra l’expérience en ligne des consommateurs français dans les mois à venir.
 

Pressé ? Pressez le bouton !

 
Le « buy button » tend à devenir l’arme fatale contre le renoncement ou l’ajournement. Nombreux sont les consommateurs en ligne qui ajoutent article à leur panier, sans passer au stade de concrétisation. Une véritable hantise pour les spécialistes du e-commerce.
De quoi persuader les professionnels à simplifier au maximum le « parcours d’achat ». Et la solution aujourd’hui répandue aux Etats-Unis est le « buy button » sur lequel il suffit de cliquer pour concrétiser l’achat. Alors à quand le bouton « acheter » sur les sites de e-commerce en France ?
 

Le « chatcommerce » guette au coin de l’écran

 
Le système d'assistants (personnages fictifs représentés par des icones ou des illustrations) présents sur certains sites pour accompagner le client et répondre à ses questions sont déjà connus. Mais l'expérience pourrait se généraliser et les outils de conversation bientôt devenir des moyens de passer commande ou d'acheter un produit. Certaines expériences conduites dans ce sens, utilisent Messenger pour converser avec leurs clients et les tenir informés de leurs commandes. D'autres proposent aux clients de formuler leurs souhaits de shopping par chat afin que les assistants en ligne puissent leur formuler des suggestions.  
 

La livraison en temps record

 
1h chrono : tel est le nouveau credo du e-commerce qui a compris que les clients n’aimaient pas attendre pour réceptionner leurs achats.
Etre présent sur une plage horaire de livraison, attendre 24 à 48h : beaucoup d’internautes jugent cela contraignant. 
Evidemment tout a un prix. Alors aux plus impatients, des géants comme Amazon proposent des formules payantes pour certaines lignes de produits avec la formule « Prime now » qui met en avant une livraison en 60 minutes. Il y a fort à partir que beaucoup de professionnels du e-commerce vont galoper dans la foulée du géant américain.
 

D’autres tendances qui vont s’amplifier

 
Dans notre focus qui ne se veut pas exhaustif, nous aurions pu parler d’autres tendances soulignées par les prévisionnistes, mais certaines sont déjà dans l’air du temps depuis un moment.
Ainsi les « moments magiques » ou micro-moments qui sont ces durées brèves et fractionnées de connexion, avec le défi pour le e-commerce de les convertir en achats par un processus de ciblage hyper personnalisé.
La production de contenus « riches », sous forme d’articles de présentation qui vont décrire de manière littéraire les caractéristiques d’un produit.
Et surtout, la multi connectivité (multi device) qui s’accélère. Aujourd’hui les internautes se connectent via différents appareils (ordinateur, tablettes, smartphone) et achètent indifféremment via l’un ou l’autre, le smartphone nouvelle génération ayant tendance à progresser rapidement par rapport aux autres supports.
 

Quid du e-commerce de proximité ?

 
Souvent, dans ces tendances et prévisions le propos semble réservé aux géants du e-commerce et autres spécialistes de la vente à distance. Pourtant les commerçants indépendants ne pourront pas s’affranchir d’un suivi raisonnable et adapté pour surfer sur ces nouvelles tendances.
Nous reviendrons dans un prochain sujet sur leurs contraintes et opportunités vis-à-vis de cette évolution constante et croissante du e-commerce.