Actualité commerce-marketing

Réseaux sociaux : les Petites Entreprises sont-elles dans le coup ?

Publié le 28/11/2013 - Modifié le 24/10/2012

Réseaux sociaux : les Petites Entreprises sont-elles dans le coup ?

La plupart des entreprises ont un site web et l'utilisent. Par contre, que font-elles des réseaux sociaux comme Facebook et les autres Twitter, Google+, etc…

Linkeo, web agency a mené une étude cet été auprès de 400 TPE et PME françaises équipées d'un site internet depuis au moins un an. L'étude a pour objectif de comprendre leurs usages du web.

Le site web, un outil incontournable

Pour 7 petites entreprises sur 10, avoir un site internet est un élément essentiel de son identité et de son action. Leur objectif, en créant un site web est de diversifier leur budget communication, de faire connaitre leurs produits et leurs services  et de générer de nouveaux contacts. Plus de la moitié des entreprises interrogées en font même un outil de vente et elles sont pratiquement autant à l'actualiser au moins une fois par trimestre.

Réseaux sociaux, un usage encore timide

Par contre pour les réseaux sociaux, c'est moins brillant, toujours selon le panel d'artisans, commerçants et professions libérales interrogé.
Seuls 10 % d'entre eux utilisent un ou plusieurs de ces réseaux tels que Facebook, Foursquare, Google+, Viadeo, etc… même s'ils reconnaissent pourtant qu'il s'agit d'un levier de développement important, tout comme l'internet mobile. Et, si c'est tout de même 9 points de plus qu'il y a 1 an, c'est encore très peu.

Les entreprises mettent plus de moyens sur le référencement naturel car elles considèrent qu'il s'agit du meilleur moyen pour se faire connaitre. Arrivent ensuite le référencement payant, l'e-mailing, le display et enfin... les réseaux sociaux.

Plusieurs raisons expliquent ce faible recours aux réseaux sociaux

La raison principale est le manque de moyens et de compétences. Souvent seuls, ou en tous cas très peu nombreux, et de toutes façons accaparés par les fonctions essentielles de la vie de l'entreprise, la priorité des dirigeants n'est pas mise à cette forme de communication. Ces petites entreprises n'ont pas les moyens nécessaires pour avoir une personne dédiée à la communication en ligne, et cela ne devrait pas être leur priorité dans les mois à venir.

La seconde raison de ce manque d'empressement à s'inscrire dans ce type d'action, est que, dans ce monde de petites entreprises on reste encore très classique en ce qui concerne les moyens de se faire connaître et apprécier.

Si 77 % des personnes contactées reconnaissent l'utilité du web pour booster leur notoriété, elles ne sont plus que 7% à veiller régulièrement à leur réputation sur la toile, 5 % disant le faire très souvent et 22 % d'une façon épisodique.

Ainsi, l'étude montre que s'il y a eu des progrès, il reste encore beaucoup de chemin à faire, même si cela ne fait pas partie des priorités des dirigeants de TPE et PME.