Contrat de professionnalisation

Définition : Contrat de professionnalisation

C'est une enquête faite par OBEA/Intraforces et l'Agefos-PME qui nous le dit : 50 % des TPE PME ont recours à des contrats d'apprentissage.
Quand on se rappelle que ce type d'entreprise constitue la majeure partie de notre tissu économique, cette information est plutôt réconfortante.

Par contre, elles ne sont que 2 sur 10 de cette taille à recourir à des contrats de professionnalisation, ce qui n'est pas le cas des plus grandes entreprises qui, elles, le privilégient.

C'est la possibilité de pouvoir concrétiser l'embauche définitive par la suite qui motive la plupart du temps les employeurs à utiliser ces types de contrats.
En effet, la quasi-totalité des employeurs estime que cela permet de former des jeunes et de tester les candidats avant le recrutement définitif.

A noter que seuls un peu plus de 23 % d'entre eux évoquent les avantages financiers qui y sont liés.

Pour 3 entreprises sur 4, ce type d'opérations n'est pas à sens unique : si le salarié embauché est bénéficiaire, l'entreprise l'est également comme on le voit dans les opinions reprises dan la vue ci-dessous :

Alternance : apport de compétences pour l'entreprise

Pour autant, les dirigeants sont-ils satisfaits des personnes qu'ils ont eues en apprentissage ?
La réponse est claire :

Apprentissage et professionnalisation : taux de satisfaction élevé pour les utilisateurs

Et ils le sont tout autant quand on leur demande s'ils sont prêts à recommander ce type de pratique à leurs collègues.

Pourquoi, dans ce cas, restent-ils quand même nombreux à ne pas utiliser ces contrats ?
Les principales réponses sont également claires :

  • 53 % disent ne pas en avoir besoin
  • 30 % assurent ne pas avoir le temps pour s'en occuper

 

La présentation de l'enquête, réalisée début juin, est entièrement accessible par le site de l'Agefos : www.agefos-pme.com

Retrouvez tous les contenus pour le tag : Contrat de professionnalisation
Les petites entreprises s'accommodent très bien de l'apprentissage
Un récent sondage révèle la satisfaction des dirigeants de TPE vis-à-vis des salariés en alternance, en apprentissage et en professionnalisation.
Plus de 45 ans : contrat de professionnalisation possible sous condition
Les contrats de professionnalisation sont des contrats d'une durée minimale de 6 mois et qui peuvent aller jusqu'à 24 pour les personnes sans qualification, bénéficiaires du RSA ou encore sortant d'un contrat aidé.